top of page

Réduire notre empreinte carbone, un jour de télétravail à la fois

Dans la lutte contre le changement climatique, les entreprises jouent un rôle central. Si les initiatives autour des mobilités durables, telles que l'adoption du vélo et l'encouragement au covoiturage, sont souvent mises en avant, il existe une autre stratégie, tout aussi efficace, qui mérite notre attention : le télétravail. La récente crise sanitaire a propulsé cette méthode de travail au-devant de la scène, non seulement comme une réponse adaptative face à des circonstances exceptionnelles, mais aussi comme une voie prometteuse pour réduire notre impact environnemental.


Avant que la pandémie ne bouleverse nos habitudes, le télétravail était encore perçu par beaucoup comme une exception, un luxe. Aujourd'hui, il est devenu le quotidien d'un tiers des salariés. Pour nombre d'entre eux, cette transition s'est accompagnée d'avantages tangibles : une meilleure gestion du stress, une concentration accrue et un équilibre vie professionnelle/vie personnelle plus harmonieux. Mais ce qui est encore plus impressionnant, c'est le potentiel du télétravail à servir de levier pour les entreprises désireuses de diminuer leur empreinte carbone. Dans ce contexte, il devient impératif d'examiner comment cette transformation de nos modes de travail peut contribuer à un avenir plus vert.


Femme travaillant chez elle

Le télétravail réduit considérablement les déplacements

L'un des impacts majeurs de la vie professionnelle sur l'environnement est sans conteste le déplacement domicile-travail. Chaque matin, des millions de salariés prennent leur voiture, montent dans un bus ou empruntent le métro pour rejoindre leur lieu de travail. Ces mouvements incessants ont des conséquences directes sur la qualité de notre air et la production de gaz à effet de serre.


Cependant, le télétravail vient bouleverser cette donne. Selon l'ADEME, en travaillant depuis chez eux, les salariés contribuent à réduire de 69 % le volume des déplacements par rapport à un jour classique passé au bureau. Si l'on extrapole ces chiffres à une semaine de travail standard de cinq jours, cela représente potentiellement des millions de kilomètres non parcourus et une quantité phénoménale de CO₂ non émise.


De plus, l'impact des déplacements domicile-travail ne se limite pas aux émissions de gaz à effet de serre. Ces trajets sont également responsables de la congestion routière, de la pollution atmosphérique et du stress lié aux embouteillages. En réduisant ces déplacements, le télétravail contribue donc aussi à améliorer la qualité de l'air que nous respirons et à diminuer les nuisances sonores dans nos villes.


Pour ceux qui souhaitent visualiser concrètement ces bénéfices, un calculateur en ligne est mis à disposition par l'ADEME, permettant d'estimer les émissions de CO₂ évitées lors des jours de télétravail.


En somme, le télétravail ne se contente pas d'offrir des avantages professionnels et personnels, il se positionne également comme un acteur essentiel de la transition écologique. Dans une époque où chaque geste compte pour préserver notre planète, le choix du télétravail apparaît comme une évidence pour tous ceux qui peuvent en bénéficier.


Les économies d'énergie liées au télétravail

Le télétravail, au-delà de sa capacité à réduire les déplacements, joue également un rôle primordial dans la diminution de la consommation énergétique des entreprises.


Lorsque les salariés travaillent depuis chez eux, les bureaux sont moins sollicités. Selon l'ADEME et l’IFPEB, cela se traduit directement par une baisse de la consommation énergétique. Éclairages et écrans éteints permettent déjà des économies. Mais c'est principalement grâce au chauffage et à la ventilation que le changement se fait sentir : en fermant les bureaux ne serait-ce qu'une journée, nous pouvons réaliser des économies d'énergie allant jusqu'à 20 à 30 %. C'est une réduction significative qui, lorsqu'elle est adoptée à grande échelle, a le potentiel de réduire considérablement la demande énergétique des zones urbaines.


Mais qu'en est-il du domicile des télétravailleurs ? Là encore, les nouvelles sont encourageantes. L'effet rebond, c'est-à-dire l'augmentation de la consommation d'énergie à domicile du fait du télétravail, est minime. En effet, cette hausse n'est estimée qu'entre 3,5% et 7%, ce qui est relativement faible, surtout en comparaison des économies réalisées au niveau des bureaux.


Rester vigilant : les pièges environnementaux du télétravail

Si le télétravail présente des avantages indéniables pour l'environnement, il n'est pas exempt de quelques écueils. L'adoption massive de ce mode de travail doit s'accompagner d'une vigilance accrue pour garantir que ses bénéfices ne soient pas contrecarrés par de nouveaux comportements peu écologiques.


Premièrement, le télétravail peut parfois encourager une multiplication des petits trajets. Lorsqu'on est chez soi, la tentation est grande de faire des courses en milieu de journée ou d'aller chercher les enfants à l'école en voiture, par exemple. Ces déplacements, s'ils se multiplient, peuvent annuler une partie des bénéfices environnementaux du télétravail.


De plus, le confort de son domicile peut parfois conduire à des surconsommations. Un chauffage poussé un peu plus fort en hiver, une climatisation plus sollicitée en été, ou même l'utilisation d'appareils électriques plus fréquente, peuvent engendrer une augmentation de la consommation d'énergie.


C'est pourquoi il est essentiel de rester vigilant et de s'interroger sur ses habitudes quotidiennes. Enfin, les entreprises ont également un rôle à jouer en sensibilisant leurs salariés aux bonnes pratiques en télétravail. Car, tout comme au bureau, des gestes simples et des habitudes écologiques peuvent faire toute la différence.



Pour conclure, le télétravail, bien plus qu'une réponse à des impératifs conjoncturels, s'impose aujourd'hui comme une stratégie centrale dans la transition verte des entreprises, mais aussi de la QVCT. Chaque organisation, grande ou petite, a le pouvoir d'influencer positivement notre avenir environnemental en encourageant cette forme de travail.


Cependant, l'adoption du télétravail ne saurait se réduire à une simple mise à disposition d'outils numériques à distance. Elle implique un véritable engagement des entreprises pour sensibiliser et former leurs salariés aux enjeux environnementaux. Que ce soit pour optimiser la consommation énergétique de leur domicile, ou pour adopter des modes de déplacement doux lors des trajets moins fréquents. Et c'est par la sensibilisation, la formation et l'accompagnement que les entreprises peuvent assurer que leurs équipes adoptent des comportements éco-responsables.


En somme, si les bienfaits environnementaux du télétravail sont indéniables – réduction des déplacements, économie d'énergie, moindre impact sur les infrastructures urbaines –, ils ne sauraient atteindre leur plein potentiel sans l'engagement actif des entreprises.


Il est donc impératif, aujourd'hui plus que jamais, d'adopter une approche éco-responsable, que l'on travaille depuis chez soi ou au bureau. Car chacun, à son échelle, peut contribuer à façonner un avenir professionnel plus respectueux de notre planète.


Comentarios


bottom of page