top of page

Les défis d'implantation des plateformes de mobilité partagée en Afrique de l'Ouest


La ville de johannesburg, la capitale de l'afrique du sud

Un paradoxe éclairant sur les mobilités partagées en Afrique de l'Ouest


Dans son article paru dans la revue Netcom, Raynald Ballo, doctorant CIFRE en Géographie chez Transway, met en lumière un paradoxe éclairant sur les mobilités en Afrique de l'Ouest. Malgré les besoins croissants engendrés par l'urbanisation rapide et une tradition de pratiques collaboratives dans les transports, les plateformes numériques de mobilité partagée peinent à s'implanter durablement. Sa cartographie exhaustive des initiatives depuis 2010 dans 9 pays révèle un taux d'échec dépassant les 55%, avec une durée de vie moyenne limitée à 2 ans. Pourtant, la révolution de la téléphonie mobile aurait dû favoriser l'émergence de ces services innovants, à l'instar des succès observés en Occident ou en Asie.


Une analyse fine des obstacles socioculturels à l'adoption des plateformes


L'étude approfondie menée par Raynald Ballo dans la région du Grand-Nokoué (Bénin) met en évidence plusieurs déterminants socioculturels expliquant les difficultés d'appropriation de ces plateformes exogènes. Le rapport au temps, plus flexible et dénué de la culture de la planification rigoureuse, se heurte à la logique algorithmique des applications. De même, la conception communautaire des déplacements, enracinée dans la proximité sociale, freine le partage avec des inconnus. En outre, un sentiment de méfiance interpersonnelle et une valorisation du confort individuel constituent également des barrières psychologiques.


Des pistes stimulantes pour activer le potentiel inexploité du covoiturage


Malgré ces défis, Raynald Ballo défend le potentiel du covoiturage en Afrique de l'Ouest, moyennant une adaptation aux réalités locales. Cibler les classes populaires, habituées aux mobilités collaboratives informelles, serait une clé de succès. Cela nécessite un soutien politique fort pour transformer durablement les pratiques, encore trop timide à ce jour. La personnalisation des interfaces pour intégrer les spécificités culturelles, ainsi que l'accompagnement des opérateurs traditionnels dans leur transition numérique, sont d'autres leviers identifiés. Ainsi, l'article de Raynald Ballo ouvre des perspectives stimulantes pour l'essor contextualisé des plateformes de mobilité partagée en Afrique, au cœur de sa thèse CIFRE chez Transway.


Pour une plongée approfondie dans cette étude passionnante des mobilités partagées en Afrique de l'Ouest, consultez l'article complet de Raynald Ballo : https://journals.openedition.org/netcom/8695

Comments


bottom of page